Les Fours à chaux

Les fours à chaux du XIXe siècle, construits en maçonnerie, convertissaient le calcaire en chaux par l’action du feu. Cette première étape du cycle de la chaux, nommée calcination, dépendait du savoir-faire du chaufournier et de son équipe, qui assuraient l’alimentation du four et veillaient à son bon fonctionnement. La nuit et le dimanche, l’activité du feu était ralentie.

Une rampe d’accès permettait d’acheminer la pierre calcaire de la carrière voisine jusqu’au gueulard, partie supérieure par laquelle étaient chargés par couches alternées pierres et combustible (bois ou charbon de bois). La cuisson se prolongeait pendant trois à quatre jours, elle devait atteindre 800 degré Celsius, température nécessaire à la calcination de la pierre. Puis on défournait la chaux par les ouvreaux situés en bas du four. Elle était ensuite placée dans des barils à l’abri de l’humidité, avant d’être chargée sur des charrettes à destination des clients.

Four à chaux, Tennie

Four à chaux, Tennie

Le four à chaux de Tennie, situé dans l’agglomération, reste un très bel exemple de ces fours à calcination continue. Construit en 1832, l’ouvrage a conservé ses caractéristiques : son accès au gueulard, le four à bois et à charbon (appelé aussi chauffour), les trois orifices aménagés (les ouvreaux) permettant de récupérer la chaux en partie inférieure et la loge attenante où étaient stockés le matériel et la chaux…

A cette époque, les fours à chaux existaient en grand nombre dans la région. Vous pourrez en découvrir sur le territoire, notamment à Ruillé-en-Champagne non loin de la borne 51 sur la route d’Amné-en-Champagne.

Ancien four à chaux, Ruillé-en-Champagne

Ancien four à chaux, Ruillé-en-Champagne

Les exploitants étaient appelés chauliers, chauffourniers ou chaussumiers. La chaux étaient appelée vive à la sortie du four. On obtenait de la chaux éteinte au contact de l’eau. Dans la région, la chaux vive servait à améliorer les terres froides. La chaux éteinte était employée en maçonnerie.

La chaux était utilisée dans les papeteries, par les tanneurs et les chamoiseurs… pour la fabrication du tabac et de l’acétylène (hydrocarbure gazeux à triple liaison que l’on obtient en traitant le carbure de calcium par l’eau : C2H2).

chargement de la carte - veuillez patienter...

Four à chaux - Tennie: 48.108405, -0.071733
Four à chaux - Ruillé-en-Champagne: 48.054576, -0.073256
Partagez...Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on TumblrPin on PinterestShare on StumbleUponPrint this page